mardi 10 mai 2016


Chers amis…

C’est désormais la Librairie Antoine qui est le diffuseur de
C’était Zahlé

C’Etait Zahlé est disponible dans toutes les branches de la 
Librairie Antoine

Librairie Antoine


Comme sur
Antoineonline.com

lundi 29 février 2016

Souvenir l'Orient-Le Jour du 12 mai 2009

L’histoire du Liban par l’histoire de Zah
Par Fady Noun
L’Orient-Le Jour du 12 mai 2009

C'était Zahlé (*) de Carlos et Névine Hage Chahine est un florilège de textes et d'illustrations sur Zahlé, la plus grande ville chrétienne d'Orient, glanés par les auteurs au fil de leurs recherches bibliographiques. Passionnés de récits de voyage, où ils voient comme dans un miroir des fragments d'histoire de leur ville natale, ils ont exploré les fonds orientalistes de par le monde. De récit en témoignage, de gravure en photographie, d'une intuition obstinée à un pur hasard, c'est son portrait qui se dessinait devant eux.
L'album qu'ils en présentent est l'une de ces œuvres exemplaires dont l'existence témoigne d'une passion plus profonde, celle qu'ils portent à leurs origines, à leur identité profonde. Les auteurs en sont conscients, d'ailleurs, qui décrivent leur ouvrage comme « une expression de leur piété filiale ». Une piété qui s'appelle « patriotisme ».
Dans Mémoire et identité, Jean-Paul II consacre de très belles lignes au patriotisme, un « amour ordonné » pour la patrie qu'il oppose d'une certaine manière au nationalisme.
« Si l'on se demande quelle place occupe le patriotisme dans le décalogue, dit Jean-Paul II, la réponse ne laisse aucune hésitation : il se situe dans le cadre du quatrième commandement, qui nous engage à honorer notre père et notre mère. Il s'agit en effet de l'un des sentiments que la langue latine désigne sous le terme pietas, soulignant la valeur religieuse qui sous-tend le respect et la vénération dus à nos parents (...). Patriotisme signifie amour pour tout ce qui fait partie de la patrie : son histoire, ses traditions, sa langue, sa conformation naturelle elle-même (...). Tout danger qui menace le grand bien de la patrie devient une occasion pour vérifier cet amour. Notre histoire nous enseigne que les Polonais ont toujours été capables de grands sacrifices pour préserver un tel bien, ou pour le reconquérir. »
Parmi les « dangers » qui menacent « le grand bien de la patrie » figurent... l'ignorance et l'oubli. D'un chapitre à l'autre de l'ouvrage de Névine et Carlos Hage Chahine, le lecteur découvrira Zahlé à travers un corpus de textes et d'images qui n'ont, sans doute, aucun lien apparent entre eux mais qui, en réalité, nous disent ce qu'était Zahlé - ce que nous étions nous-mêmes aussi - au fil des siècles. Une sorte d'histoire du Liban par l'histoire de Zahlé.
Car cette mémoire historique nous définit autant qu'elle définit une ville. Sans que nous en soyons conscients, elle peut avoir laissé en nous des modes de pensée et d'être qui nous caractérisent aux yeux des autres. Aussi n'est-il pas inutile de nous exposer à ces lectures, qui pourront nous apprendre ce que nous sommes, à travers le regard des pèlerins, touristes, voyageurs, érudits, militaires, prêtres ou missionnaires qui ont jeté leurs premiers regards sur cette terre non défrichée.
Certes, tout ne doit pas être pris pour argent comptant dans ces textes qui sont d'une valeur historique inégale. Beaucoup de voyageurs se sont longuement documentés avant de faire le voyage, et leurs témoignages, qui nous magnifient, sont précieux. D'autres, par contre, sont moins fiables et leurs impressions sont à prendre avec la plus grande réserve, comme celles de Jules Ferrette trouvant mérité qu'une ville entière soit immolée en 1860 pour avoir eu l'audace de considérer comme indésirables et de les avoir boutés hors de ses murs des missionnaires protestants à la générosité calculée et proverbiale : « anglezli ta anglezlak ».
Au bout du compte, pourtant, et sans quitter son fauteuil, le lecteur de C'était Zahlé fera un voyage bien confortable dans le temps et l'espace, à la recherche de ce qui fait son identité et celle de ses compatriotes.

vendredi 15 janvier 2016

C’était Zahlé au Grand Hôtel Kadri à Zahlé


C’était Zahlé est désormais en plus en vente à Zahlé au

Rue du Brésil
Zahlé - Liban

samedi 12 décembre 2015

Lire C’était Zahlé dans les Bibliothèques aux USA

Lire C’était Zahlé dans les Bibliothèques en France


C’était Zahlé dans les Bibliothèques en France







Lire C'était Zahlé en bibliothèques - Liban


C’était Zahlé dans les Bibliothèques au Liban
























 
 




samedi 5 décembre 2015

Commander C'était Zahlé



C'était Zahlé est disponible
dans toutes les bonnes librairies du Liban



Librairie el-Bourj


Librairie Antoine

mais aussi

A Zahlé

chez Château Ksara

à l'Artisanat à l'entrée du Wadi

à la Librairie Nadine

A Beyrouth

dans les boutiques L'Artisan du Liban


Pour les ventes en ligne


antoineonline.com


http://www.librairieelbourj.com 



Notre distributeur est  La Librairie El-Bourj

mardi 29 octobre 2013

Par Anne ILCINKAS 
L'Orient-le Jour lundi, octobre 28, 2013

La ville a été désignée comme nouveau membre du Réseau des villes créatives de l'Unesco dans la catégorie gastronomie. Photo : Nassif Seif (Wikimedia)

La ville a été désignée comme nouveau membre du Réseau des villes créatives de l'Unesco dans la catégorie gastronomie. Photo : Nassif Seif (Wikimedia)


On dit que les mezzés ont été inventés à Zahlé, dans la fraîcheur des rives du Berdawni. « Au début du XXe siècle, tout le Levant se retrouvait au bord de ce fleuve, chacun partageant avec ses voisins les spécialités de son terroir. Aleppins, Damascènes, Palestiniens, Libanais y faisaient halte pour se restaurer. Leurs échanges culturels et culinaires ont donné naissance aux mezzés, explique Chérine Yazbeck, auteure de "La cuisine libanaise du terroir". A l’époque, cette cuisine comptait 20 à 30 mezzés, puis très vite elle est passée à 80 petits plats environ, soit une véritable myriade de hors-d’œuvres, froids ou chauds, végétariens ou pas… ».

L’Unesco vient de reconnaître ce patrimoine culinaire en intégrant Zahlé dans son Réseau des villes créatives, dans la catégorie gastronomie. « C’est une première reconnaissance mondiale pour la gastronomie de tout le pays, se réjouit Chérine Yazbeck, qui a réalisé le dossier de présentation de la ville pour l'Unesco.

Lancé en 2004, le réseau, qui comprend désormais 38 villes de toutes les régions du monde, vise à faciliter les échanges d'expériences, de connaissances et de ressources, et se veut un moyen de promotion du développement des industries créatives locales.

Zahlé est la première ville du monde arabe à intégrer le réseau de l’Unesco dans la catégorie gastronomie. Assouan, en Égypte, fait elle aussi partie du réseau, mais dans la catégorie artisanat et arts populaires.

A quoi sert l'inscription dans le réseau ? « A faire parler de Zahlé et de sa gastronomie. Ça peut ouvrir des débouchés et de nouveaux marchés pour les entreprises de la ville », affirme Chérine Yazbeck.

Pour Joseph Diab Maalouf, le président de la municipalité de Zahlé, cette reconnaissance de l'Unesco est « un investissement à long terme ». « Zahlé a beaucoup fait pour la réputation des mezzés à travers le monde. Nous en sommes très fiers », poursuit M. Maalouf, tout juste rentré de Chine, où il a reçu le trophée lors d'une réunion de l’Unesco organisée à Pékin.

Zahlé va maintenant être invitée par d'autres villes du réseau dont elle va, elle aussi, accueillir des représentants, dans le cadre d'un partage d'expériences.

Si sa culture du mezzé a été importante dans le choix de Zahlé pour représenter le Liban, sa longue histoire dans la vigne et l'arak a également pesé dans la balance.

« Le symbole de Zahlé, c’est la vigne, souligne Chérine Yazbeck. L’arak y est distillé depuis la nuit des temps et il y a presque une obligation d’avoir un alambic chez soi. Un proverbe dit d’ailleurs que l’arak est l’eau de Zahlé ».

« De plus, la ville était, je ne dirais pas libertine, mais libérée. Dès les années 1920, on pouvait y boire de l’alcool, et le mezzé ne se consommait pas sans un verre d’arak », poursuit la jeune femme qui, plongeant dans l'Antiquité, rappelle les orgies bien alcoolisées organisées à cette époque dans le temple de Bacchus, à Baalbeck, à quelques dizaines de kilomètres de Zahlé.

La production de vin a quant à elle commencé dans les années 20, pour désaltérer les soldats français stationnés dans la base militaire de Rayak, explique-t-elle.

Ainsi, dès les années 1940, la ville attire les touristes, qui se pressent dans les gargotes puis les restaurants en dur (à partir des années 1960) comme Mehanna et Arabi situés le long du Berdawni, pour déguster les mezzés, écouter Sabah ou Feyrouz, danser la dabké, se laisser emporter par les hakawati, ces conteurs de légendes, ou les zajal, une forme de joute oratoire, raconte Chérine Yazbeck dans son livre. A l’époque, la ville était jumelée avec le Festival de Baalbeck, et les soirées de concert se terminaient dans les restaurants de la ville.

La guerre civile marquera la fin de cette belle époque. Assiégée, Zahlé finit par perdre de son influence.

Malgré tout, « Zahlé vit vraiment au rythme culinaire », assure Chérine Yazbeck, qui vante au passage l'incroyable hospitalité de la « fiancée de la Békaa », qui reste à ses yeux un « lieu incontournable de la gastronomie ». « La ville recèle beaucoup de très bons établissements. Il faut faire perdurer ces traditions, ces savoir-faire culinaires », poursuit la jeune femme en évoquant avec gourmandise un restaurant qui hache encore à la main la viande pour le kefta.

La désignation de Zahlé comme membre du réseau des villes créatives permet en tout cas de la remettre sur la carte des villes gastronomiques du monde. Mais le président de la municipalité, Joseph Diab Maalouf, ne compte pas en rester là, et espère que Zahlé sera également reconnue dans d’autres domaines, comme la poésie, pour avoir donné naissance à tant de poètes.

mercredi 6 février 2013

C'état Zahlé la Table des Matières


-->








TABLE DES MATIERES



Dédicace…………………………………………………………………………………..
Exergue…………………………………………………………………………………….
Avant Propos………………………………………………………………………………
Note de l’éditeur…………………………………………………………………………...

1757……………………………………………………………………………………….
Wood (Robert) version anglaise
Wood (Robert) version française
1783-1785………………………………………………………………………………..
Volney (C.-F.)
1792-1798………………………………………………………………………………..
Browne (William George) version anglaise
Browne (William George) version française
1810……………………………………………………………………………………….
Burckhardt (John Lewis)
1816-1817………………………………………………………………………………..
Didot (Ambroise-Firmin)
1823……………………………………………………………………………………….
Wilson (William Rae)
1831……………………………………………………………………………………….
Michaud (Joseph-François), Poujoulat (Jean-Joseph-François)
1832-1833………………………………………………………………………………..
Lamartine (Alphonse de)
1833-1856………………………………………………………………………………..
Jullien (Michel-Marie) S.J.
1834……………………………………………………………………………………….
Madox (John)
1835……………………………………………………………………………………….
Planchet (Benoît) S.J.
1836……………………………………………………………………………………….
Carne (John)
1837-1838………………………………………………………………………………..
Laborde (Alexandre et Léon de)
1837……………………………………………………………………………………….
Robinson (George) version anglaise
Robinson (George) version française
1838……………………………………………………………………………………….
Addison (Charles Greenstreet)
1838-1840………………………………………………………………………………..
Perrier (Ferdinand)
1840……………………………………………………………………………………….
Ellesmere (Harriet Catherine Greville) Countess of
1840-1860………………………………………………………………………………..
Churchill (Charles Henry) Colonel 1828-1877
1841……………………………………………………………………………………….
Laurent (Achille)
1841……………………………………………………………………………………….
Mazloum (Maximos) Patriarche
1841-1843………………………………………………………………………………..
Oriental student [Paton (Andrew Archibald)]
1842-1852………………………………………………………………………………..
Churchill (Charles Henry) Colonel 1828-1877
1844……………………………………………………………………………………….
Reynaud (Charles)
1844-1872………………………………………………………………………………..
Hornus (J.-M.) Pasteur
1845-1860………………………………………………………………………………..
Poujade (Eugène)
1846……………………………………………………………………………………….
Guys (Henri)
1847……………………………………………………………………………………….
Castlereagh (Viscount)
1849-1856………………………………………………………………………………..
Laborde (Joseph) S.J.
1850-1851………………………………………………………………………………..
Saulcy (Louis-Félicien-Joseph Caignart de)
1851……………………………………………………………………………………….
Pardieu (Ch. de) Comte
1854……………………………………………………………………………………….
Boullier (Eugène)
1854……………………………………………………………………………………….
Pigeory (Félix)
1855……………………………………………………………………………………….
Porter (Josias Leslie) Rev.
1857……………………………………………………………………………………….
Prime (William C.)
1857……………………………………………………………………………………….
Van de Velde (Charles William Meredith)
1858……………………………………………………………………………………….
Mislin (Jacques) Mgr
1858-1872………………………………………………………………………………...
Jessup (Henry Harris)
Avertissement…………………………………………………………………………….
Carlos Hage Chahine
1860……………………………………………………………………………………….
Bentivoglio (Comte de)
1860……………………………………………………………………………………….
1. Les Évêques de Zahlé
2. Le Patriarche et les évêques maronites
3. Le Consul Moore
1860……………………………………………………………………………………….
Bourcier St Chaffray (A.)
1860……………………………………………………………………………………….
Poujoulat (Baptistin)
1860……………………………………………………………………………………….
Lenormant (François)
1860……………………………………………………………………………………….
Martin (Pierre-Marie) S.J.
1860……………………………………………………………………………………….
Damas (Amédée de) S.J.
1860……………………………………………………………………………………….
Louet (Ernest)
1860……………………………………………………………………………………….
Lavigerie (Charles Martial Allemand) Cardinal
1860……………………………………………………………………………………….
Stafford (W. Cooke)
1860……………………………………………………………………………………….
Ferrette (Jules)
1860……………………………………………………………………………………….
Abkārius (Iskander ibn Yaq'ūb), Scheltema (Johann Friedrich)
1862……………………………………………………………………………………….
Commission Internationale
1862……………………………………………………………………………………….
Damas (Amédée de) S.J.
1862……………………………………………………………………………………….
Guys (Henri)
1864……………………………………………………………………………………….
          Bourquenoud (A.), Dutau (A.)
1864……………………………………………………………………………………….
Soubiranne (abbé)
1870……………………………………………………………………………………….
          Rocquigny du Fayel (Comte de)
1873……………………………………………………………………………………….
         Launay (Marie de), Hamdy Bey (Osman)
1876……………………………………………………………………………………….
        Warner (Charles Dudley)
1876……………………………………………………………………………………….
       Geraïgiry (Pierre) abbé
1877……………………………………………………………………………………….
          Geraïgiry (Pierre) abbé
1879……………………………………………………………………………………….
         Geraïgiry (Pierre) abbé
1882……………………………………………………………………………………….
        Aviau de Piolant (Vicomtesse d')
1882……………………………………………………………………………………….
       Bædeker (Karl)
1882……………………………………………………………………………………….
       Tardy (A.) S.J.
1884……………………………………………………………………………………….
        Guérin (Victor)
1886……………………………………………………………………………………….
        Thomson (William McClure)
1887……………………………………………………………………………………….
         Raboisson (Pierre Auguste) Abbé
1896-1901………………………………………………………………………………..
         Cuinet (Vital)
1898-1902………………………………………………………………………………..
          Goudard (Joseph) S.J.
1899……………………………………………………………………………………….
       Töhmeh (Abdallah)
1902……………………………………………………………………………………….
        Saint-Germain (H. de). Pseud. du P. Cogniard
1906……………………………………………………………………………………….
        Inchbold (A. Cunnick)
1919……………………………………………………………………………………….
          Albert Kahn
1927……………………………………………………………………………………….
           Services Economiques Libanais
1930……………………………………………………………………………………….
          Office de Tourisme et de Villégiature
& La Société de Villégiature au Mont Liban
1932……………………………………………………………………………………….
          Guides Bleus (Les)
1935……………………………………………………………………………………….
            Services Economiques du Gouvernement Libanais
1936……………………………………………………………………………………….
Thoumin (Richard-Lodoïs) Général
1947……………………………………………………………………………………….
Jamil (Rouhi)

vendredi 18 janvier 2013

La Bibliographie du Levant


Guide du Livre Orientaliste. Levant. Eléments pour une bibliographie. Préface de Bruno Neveu. Paris, C. & N. Hage Chahine, 1996, in-4, XII-339 pp., 5337 notices, 7 index, pleine toile d'éditeur. ISBN 2 – 911 617 – 00 - 2
 



Bibliographie du Levant. Guide du Livre Orientaliste. Recueillie et classée par Carlos et Névine Hage Chahine. Publiée en partenariat avec L'Agence Universitaire de la Francophonie. 4e édition sur DVD. Paris, C. & N. Hage Chahine, 2004, plus de 25000 références et plus de 2000 images. ISBN 2 - 911617 - 04 - 5

Pour découvrir nos bases de données bibliographiques il suffit de cliquer ici :  C. & N. Hage Chahine

Zahlé 1920-1925


Mt. Liban - Zahlé - Vue générale

Sarafian Bros. Beirut (Syria) and Jerusalem (ca 1920-1925)

in Cétait Zahlé p. 49


Zahlé ou Zahleh ou ...

ZAHLE ou ZAHLEH ou ...
D'un récit de voyage à l'autre de 1757 à nos jours Zahlé a eu droit à plus d'une orthographe.
C'est ainsi que nous pouvons lire au fil des pages de C'était Zahlé et au gré des auteurs de notre anthologie :

Zakely

Zahlé

Zahhlé

Zaklé

Zachale

Zarklé

Dzahlé

Zachlé

Zakleh

Zahlet

Zahleh

Sahleh

Zaclé

Zahlah

Zahlèh

...



Zahlé 1875



Zahléh, village de l'Anti-Liban (Syrie)
Bonfils (ca 1875)

in C'était Zahlé pp.18-19


pour aller plus loin : http://expositions.bnf.fr/veo/photographes/ssindex35.htm